Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Un journaliste du Nouvel Observateur se defénestre après avoir du écrire de force 25 articles sur Dieudonné en une semaine.

Un drame qui nous rappelle que le surmenage touche bien toutes les couches de la société. Jean-Pascal Cul-Baynie, journaliste d'investigation du Nouvel Observateur, s'est donné la mort à son bureau.

Un collègue témoigne: "on n'a rien vu venir, enfin si, on l'a vu se lever précipitamment de son bureau et se jeter à travers la vitre en hurlant". Les motivations de ce malheureux sont encore floues. Ce qui est certain, c'est que ce malheureux menait une carrière paisible dans les pages horoscope et numéros de voyance de ce journal, jusqu'au jour où "l'affaire Dieudonné" a complètement changé la donne au Nouvel Observateur.

"Les cadences étaient infernales, on avait pas assez de journalistes spécialisés dans ce genre d'histoires, alors on a mobilisé toute l'équipe pour tenir un quota d'articles correct". M. Cul-Baynie aurait pu alors signer quelques vingt-cinq articles vilipendant l'ex-humoriste Dieudonné... en une semaine.

Plusieurs de ses journalistes, choqués par le drame, s'interrogent. Depuis que les évênements suite à la décision du Conseil d'Etat se sont tassés, etait-il encore la peine de couvrir autant cette affaire? La direction du Nouvel Observateurse refuse à tout commentaire.

M. Harlem Désir a tenu à réagir en conférence de presse. Il a présenté ses condoléances à la famille Cul-Baynie, et a vivement dénoncé un "effet Dieudonné", "ce personnage ne faisait déjà plus rire personne, désormais il faut qu'il les pousse au suicide". Nos journalistes n'ont pas encore rencontré le principal intéressé au moment où nous bouclons cette édition. Celui-ci dénonce un "complot mensonger" et demande "des preuves".

Tag(s) : #Faits divers, #journaliste, #dieudonne, #suicide, #nouvel observateur

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :